Tambacounda-Pour une bonne prise en charge nutritionnelle des mômes: Les partenaires français de Reillanne offrent 1600 euros à la maternelle municipale

 

Par Abdou DIEYE (Actu24, TAMBA)

Depuis quelques années maintenant, les partenaires français de Reillanne appuient l’école maternelle municipale de Tambacounda. Après y avoir construit un mini-forage, des salles de classe, une salle informatique multifonctionnelle, entre autres, ils sont venus cette année contribuer dans la prise en charge nutritionnelle des enfants. Et pour cela, une enveloppe financière de 1600 euros a été remise à la directrice de la structure pour appuyer le fonctionnement de la cantine scolaire.

Contribuer à la prise en charge nutritionnelle des enfants de l’école maternelle municipale, telle est la volonté des partenaires français de Reillanne cette année. Ils sont venus avec une importante enveloppe financière contenant 1600 euros  qu’ils ont remise à la directrice de l’école. « Cette enveloppe, soutiennent-ils, consiste à accompagner le fonctionnement de la cantine scolaire, pour une meilleure prise en charge nutritionnelle des enfants ». Aujourd’hui, font remarquer les partenaires, la cantine constitue un véritable intrant pédagogique. Son importance n’est plus à démontrer dans le dispositif scolaire, d’où l’importance et l’utilité de contribuer à son fonctionnement et à sa pérennisation. A chaque fois que de besoin, nous apporterons notre soutien pour que la cantine soit fonctionnelle et que les enfants aient une bonne prise en charge sur le plan de l’alimentation. Bangaly Diallo, président de l’association Reillanne-Tamba poursuit en confiant qu’une formation des enseignants et des femmes chargées de la préparation des mets est en vue afin de les doter de connaissance sur le plan culinaire. Cela, explique Mr Diallo contribuera grandement dans le suivi sanitaire et nutritionnel des mômes. La directrice de la structure de développement intégré de la petite enfance (Dipe), visiblement réjouie, a remercié les partenaires avant de signifier que le fonctionnement de la cantine scolaire constitue un vrai casse-tête. Aïssatou Diagne explique que pour faire fonctionner la cantine, il faut une cotisation mensuelle de chaque élève. Cependant, beaucoup des potaches ne s’acquittent pas de cette charge ce qui fait qu’il y a souvent des dysfonctionnements. Aujourd’hui que les partenaires ont pensé appuyer la cantine, nous ne pouvons que nous en féliciter et souhaiter que le partenariat continue de plus belle. Les inspecteurs Modou Wade et Serigne Thiam, représentant le chef de la circonscription éducative ont eux aussi magnifié le geste des partenaires. «C’est un bon intrant dans le dispositif scolaire», expliquent-ils, non sans ressortir ses avantages et son importance dans le développement et la prise en charge des enfants de ces tranches d’âge mais aussi et surtout dans le maintien des enfants dans les écoles.

 Cependant, ces membres du corps de contrôle du système ont exhorté les collectivités locales à appuyer les écoles surtout les structures DIPE pour une meilleure prise en charge des enfants qui constituent l’avenir du pays et surtout pour leur maintien dans le système.

Commentaires