Santhianba Manjack: La commune abandonnée  et humiliée par le pouvoir central du Sénégal

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, Ziguinchor)

Avec une population de prés de 5138 âmes, la commune de Santhiaba Manjack constituées de 16 villages pour une superficie de 137 km 2 est à  ce jour la commune la plus pauvre et la plus démunie du Sénégal. Dans un entretient accordé au site d’informations générales  Actu 24.net. Maixan Sambou Conseiller à la dite Commune tire sur la sonnette d’alarme pour dire au chef de l’Etat Macky Sall qu’il est temps de penser à cette Commune qui pendant plus de trente ans souffre du conflit Casamançais.

Selon le Conseiller Maixan Sambou, la commune de Santhiaba Manjack qui  est logée à Oussouye est de facto  la Commune la plus oubliée de ce pays pour la simple raison que pendant une trentaine d’année, elle a été coupée du reste du Sénégal à cause de son dépeuplement du à ce conflit armé qui a tué toute l’économie de cette dernière. Toutes les populations avaient abandonné leurs maisons pour aller se refuser soit en Gambie ou en Guinée Bissau. Mais à ce jour avec l’effort consenti par certaines ONG, les populations ont décidées de rentrer au bercail. Le retour massif des populations est confronté à plusieurs difficultés qui sont réparties comme suit : pas d’eau potable, ni de réseau téléphonique à plus forte raison d’infrastructures routières, alors comment voulez vous que cette commune puisse fonctionner comme les autres. Ici c’est le réseau de la Guinée qui fonctionne, il y’a des enfants qui n’ont jamais vu une voiture et vous pensez qui c’est sérieux d’où notre appel à l’endroit du chef de l’Etat pour lui dire ceci, «de grâce faîtes quelque chose pour ses populations avant qu’ils ne prennent la nationalité Bissau Guinéenne». Nous n’avons pas de ressources à part les ressources transférées par l’Etat, rien ne rentre dans les caisses de la commune et c’est l’occasion de dire à l’Etat du Sénégal d’avoir un regard sérieux en vers ses populations qui se réclament d’être des Sénégalais comme tout autre compatriote de ce pays. Nous attendons les  actions de l’Etat pour  accompagner l’action des jeunes et surtout des femmes qui doivent bénéficier de tous les appuis comme les autres femmes de ce pays.

Parlons de l’éducation, c’est la catastrophe certains villages n’ont même pas des salles de classes. C’est pour cette raison que je dis que nous sommes la commune de la honte, à vrai dire nous sommes des villages abandonnés et il est temps que le chef de l’Etat puisse amener des correctifs pour que nous puissions nous réclamer comme des sénégalais si non c’est la catastrophe. Le retour de certaines populations est surtout dû à l’action du défunt PROCAS qui a construit des maisons et  réhabilité plusieurs autres pour un retour massif des populations qui étaient de l’autre côté de la frontière. Il est temps que le président de la République puisse faire une discrimination positive pour ces populations qui ne demandent que des actions de l’Etat soient réalisées dans cette commune oubliée.

                            

Commentaires