Sénégal-Préparatifs tabaski 2016: Le marché bien approvisionne en condiments

 
A deux jours de la tabaski, il n’y a pas lieu de craindre le marché. Il est bien approvisionné en condiments et autres. Au marché castors de Dakar, c’est la bousculade des clients qui viennent faire les achats pour la fête. 

Au marché castors  de Dakar, la fourniture en condiments et légumes se fait bien sentir. Les vendeurs proposent sur les étals plusieurs produits, souvent avec des techniques de marketing dont seuls ont le secret. Ils chantent, battent les mains pour attirer la clientèle. De la pomme de terre, de l’oignon, du poivron, de la tomate farcie, vendus, tous ces produits proposés aux clients sont, pour la plus part, vendus par des femmes. Les légumes comme le chou, la carotte, navet et autres, ont aussi pris leur place sur les étals des marchandes. Des femmes venues faire leurs achats pour les besoins de la fête, avec un panier à la main marchandent les produits. Le marché Castor est bien animé. Aucune hausse de prix n’est notée sur le marché. La bonne nouvelle pour les clients, c’est la baisse du prix de l’oignon.  

Pour Aliou, vendeur en détail, le marché est bien approvisionné. « Il y a tous les produits nécessaires pour la fête et aucune augmentation des prix n’a été constatée. Au contraire, le prix de l’oignon même a baissé. Maintenant le kilo est à 350fcfa et le sac à 8000, pour la pomme de terre le kilo est à 500F et le sac a 11000 F Cfa. Les clients sont là et ça marche bien pour nous franchement », soutient le jeune vendeur. 

D’habitude, les femmes achètent des légumes comme des poivrons en couleur, l’oignon vert et autre pour orner leurs plats après la cuisine. Cette femme, la trentaine révolue, vêtue d’un jean et d’un haut souligne : « les poivrons et consorts sont nécessaires pour la cuisine. Non seulement, ils donnent du goût à la cuisine, mais aussi ornent le plat. Le kilo du poivron est à 2500f ce n’est pas cher par rapport aux jours passés». Ce n’est pas seulement les femmes qui connaissent le marché, les hommes ne sont pas en reste. Cet homme venu faire les achats pour sa femme, confie: «je suis là pour ma femme qui est partie au travail. J’ai un peu de temps, c’est pourquoi je suis venu à Castor pour faire le marché à sa place. J’ai acheté de l’oignon, de la pomme de terre, les ingrédients… je vois que les prix sont abordables et que le marché est bien approvisionné en légumes et autres. J’ai fait mes achats sans aucun problème et je rentre à l’instant»  

 

Puisque généralement, après la fête, il est difficile de trouver du poisson ou des légumes, certaines femmes prennent les devants. C’est  le cas de Aminata Diallo : «chaque année, après la fête, il n’y a pas de légumes et de poissons. Je profite de cette occasion pour  acheter ce dont j’aurais besoin après la fête, pour ne pas subir les affres de la pénurie. Je profite au maximum, puisque le marché est bien approvisionné, et les prix sont abordables». 

Commentaires