Sénégal-Habitat: Le quartier «Espagne» de Mbour étale ses misères

 

Par P.M.F (Actu24, Mbour)

Mbour, (8 mai) Actu24.net Quartier périphérique de la commune de Mbour «Espagne» baptisé ainsi en référence à la montée du phénomène de l’immigration clandestine au début des années 2000 à Mbour, est loin de vivre le rêve espagnol. Ici, tout manque pour les habitants qui vivent dans la résignation, plus indignés  encore par les pratiques de spéculation foncière parrainées par le maire de Mbour.  

«Notre préoccupation majeure, c’est l’eau et l’électricité. La nuit tombée, nous n’osons pas mettre le nez dehors, nous nous recroquevillons dans nos chambres. Ils ont vendu nos maisons et même  notre mosquée. Notre souhait le plus ardent, c’est de disposer d’eau courante. Pour disposer d’eau, nous venons ici au puits où nous dépensons toutes nos énergies pour puiser une eau très impure, infestée de lombrics  et cela, forcément nous cause des diarrhées à n’en pas finir. On ne plus faire de l’élevage du fait des voleurs et des agresseurs qui nous visitent presque tous les soirs. La nuit tombée, on s’éclaire avec des lampes tempêtes comme si nous étions encore à l’époque coloniale. 

La plupart d’entre nous ont vu leurs maisons vendues par des hommes à la morale douteuse, qui agissent au nom de la municipalité; ils ont même vendu l’emplacement qui était prévu pour abriter des cimetières. C’est pourquoi nous nous indignons fortement contre le maire El-Hadj Fallou Sylla. C’est lui qui mandate ces bandits, c’est lui qui leur donne procuration. Un maire, à mon sens, doit prodiguer le bien et veiller à faire appliquer la justice dans sa ville. Mais, Fallou Sylla ne répond guère à ce modèle», a expliqué Coumba Faye. 

«Chaque maison a trois propriétaires ici. Quand vous êtes en charge de la surveillance d’une parcelle, vous recevez un beau jour la visite d’un individu qui prétend détenir des pièces en due forme. Souvent, le propriétaire se voit contraint à une partie de bras de fer qu’il perd forcément   devant son vis-à-vis qui est un souvent un gros bonnet. Nous avons formellement identifié Malick Ndour, ci- devant président de la commission domaniale du conseil municipal et un certain Ousmane Sène comme étant les auteurs de cette spéculation foncière. 

Par conséquent, nous déclarons le maire El-Hadj Fallou Sylla, persona non gratta dans le quartier. Lorsque nous l’avions alerté au moment où ces prédateurs fonciers s’activaient à morceler le terrain qui devait abriter la mosquée, il  était venu nous asséner que cela ne prospérerait pas, mais il a laissé faire au bout du compte. Il est clairement complice de cette arnaque», ajoutent Fatou Séne et Abdoulaye Teuw. 

Les habitants du quartier ajoutent que même une partie de l’espace qui devait servir à l’érection du lycée d’enseignement technique a été bradé. Actuellement, leurs enfants qui fréquentent les collèges et lycées de la commune, sont confrontés à un problème de sécurité si réel à tel point que leurs parents sont parfois obligés de mettre fin à leur scolarité. 

Ces habitants du quartier «Espagne», loin de Madrid ou encore de Barcelone, exigent des autorités la prise en charge imminente de leurs doléances. 

 

 

Commentaires