Sénégal-Gestion de l'Eau: Les syndicalistes sur le pied de guerre 

 

Par Sokhna Oumou SECK

Le syndicat de la SAT- SDE était face à la presse ce mardi 19 septembre 2017, à Dakar pour présenter son plan d’action, qui a débuté par des séances d’échanges internes sur le mémorandum des travailleurs.

Le thème porte sur «le choix d’un nouvel hydraulique urbaine au Sénégal, pourquoi les travailleurs de la SDE sont exclus par le gouvernement du processus» ? Qu’est ce qui se cache derrière le gouvernement du processus se demandent-ils. Ils mettent en garde le gouvernement qui sera tenu responsable de toute perturbation née de ce processus unilatéral de réforme après plus 20 ans de modèle de gestion cité en exemple de réussite partout dans le monde.

Monsieur Elimane Diouf Secrétaire général SAT-SDE affirme que: «le contrat d’affermage liant l’Etat du Sénégal par l’Intermédiaire de la SONES et la sénégalaise des EAUX (SDE) signé depuis 1996 prolongé avec plusieurs avenants prend fin le 31 décembre 2018. Le gouvernement du Sénégal a lancé un appel d’offre international pour le choix d’un nouvel opérateur pour la gestion de l’hydraulique et de l’assainissement urbaine au Sénégal. Malgré cela, le cadre unitaire a tenu à le saisir avec ampliation au Premier Ministre par une demande d’audience en date du 24 juillet 2017, et à ce jour aucune réaction n’est notée du côté du gouvernement de ces autorités de tutelles.

La réforme de 1996 avait attribué au personnel 5% de parts dans le capital de la SDE et ainsi les travailleurs sont actionnaires au même titre que l’Etat et certains privés nationaux, raison pour laquelle nous sommes en train de préparer une grande assemblée pour que le gouvernement sache notre préoccupation car la population ne connaît pas nos difficultés.

A cela s’ajoute Momar Seyni journaliste et ancien Directeur de la communication de la SONES pense que la réforme de seconde génération que le gouvernement sénégalais veut lancer, les travailleurs de la SDE ne remettent  pas en cause le principe de réforme mais veulent simplement être associés de façon étroite à la mise en œuvre de ce réforme et sur ce point de vue-là leur revendication est tout à fait légitime il me paraît important aussi que tous les travailleurs de la SDE qui sont dans le secteur de l’eau que ça soit la SONES ou l’ONAS puissent être associés à cette préoccupation non pour des intérêt d’une seule société mais de l'intérêt des travailleurs sénégalais et des consommateurs. L’eau c’est la vie est aujourd’hui que le gouvernement sénégalais a le devoir de lancer une nouvelle réforme. Cette réforme a apporté de très bons résultats, elle a augmenté, et amélioré la qualité de l’eau et prouver aussi qu’on peut mettre le système de pilotage, du secteur qui est très efficace et qui, copié par beaucoup de pays africains, il faut le dire mais aujourd’hui l'urgence est la cherté du prix de l’eau a t-il a soutenu. 

L’objectif du gouvernement est de baisser le prix de l’eau, car c’est l’intérêt de la population sénégalaise pensent-ils.

Commentaires