Sénégal-Front social en ébullition: La Cnts et ses alliés dans la rue 

 

Par Ibrahima DIA

La Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts) a organisé ce mardi 23 janvier 2018, une marche nationale.de la place de l'obélisque jusqu'aux locaux de la Rts. D'autres syndicales ont participé à la manifestation. Au menu de leurs revendications, ils réclament  l’augmentation conséquente généralisée et hiérarchisée des salaires dans la Fonction publique et dans le secteur privé, la révision de la Convention collective nationale interprofessionnelle, la publication et le partage de l’Etude sur le système de rémunération des Agents de l’Etat.

«Les travailleurs sénégalais sont fatigués, ils ne peuvent joindre les deux bouts» a déclaré ce mardi 23 janvier 2018, M. Mody Guiro à l'issue de la marche que sa centrale a organisée en compagnie d'autres organisations syndicales. Poursuivant ses propos, ils exigent la revalorisation des barèmes de salaires dans les différentes conventions, la publication et le partage de l’Etude sur le système de rémunération des agents de l’Etat, l’approfondissement et l’élargissement de la protection sociale des travailleurs, la formalisation de l’économie informelle conformément aux normes internationales du Travail et l’effectivité de la Fonction publique locale et le respect des accords conclus entre l’Etat, le patronat et les organisations syndicales du secteur public et du secteur privé.«Les régimes indemnitaires créent des inégalités dans tous les corps de l’Etat, occasionnant une frustration toujours grandissante», souligne Mody Guiro. La centrale revendique la revalorisation du Salaire minimum interprofessionnel garanti (Smig) et le Salaire minimum agricole garanti constitue un point important pour les travailleurs de la Cnts. Car, indique Mody Guiro, «la convention collective nationale Interprofessionnelle qui date de 1982, est devenue obsolète, de même que la plupart des conventions de branches. Dans la Fonction publique, les dernières augmentations de salaire datent de 2004 et le gouvernement refuse de façon systématique, toute négociation sur des questions à incidence financière depuis 2010, avec comme prétexte la réalisation préalable d’une étude sur le système de rémunération des Agents de l’Etat», de même que le respect des droits et libertés syndicales, la promotion et la protection de l’emploi décent constituent les priorités.

Le Secrétaire général de la CNTS a aussi remercié les autres centrales syndicales qui ont répondu à leur appel, et demande au gouvernement de recevoir tout le monde car elles doivent être traitées d'égale dignité, il n y a pas de petit ou de grand syndicat. 

Commentaires