Sénégal-Développement-prospective: Une plateforme des acteurs de la Société Civile de Mbour en gestation

 

Par P.M.F (Actu24 MBOUR)

Mbour, 21 août (Actu24.net) Dans la perspective des grands chantiers de l’Etat  dans le département de Mbour, le mouvement Action-Solidarité-Citoyenneté, sous la houlette de Mouhamadou Barro, membre du bureau national du M23, a organisé ce samedi à Mbour, un forum sur le rôle des acteurs de la société civile mbouroise, les organisations communautaires, dans l’accompagnement et la prise en charge des grands projets de l’Etat du Sénégal autour du département de Mbour, a constaté Actu24.net.

 

Ce forum a réuni des spécialistes et personnalités du département dans divers domaines. Parmi eux, le Directeur du département génie civil de la Senelec, El-Hadj Amadou Wade, l’ancien Président du défunt Conseil Rural de Ndiaganiao et ancien député, Mamadou Diouf, le président du Conseil de Surveillance de l’Agence pour la Promotion et le Développement de l’Artisanat, Papa Hamady Ndao. Ces deux derniers nommés ont traité d’ailleurs respectivement des questions  du processus de  la décentralisation au Sénégal et puis du thème proprement dit du forum. «La seule réflexion qu’on a faite et qui nous a mené à cela, c’est de se dire que si aujourd’hui, l’Etat, à travers le Pse et à travers l’Acte 3 de la Décentralisation réalise de gros investissements dans le département de Mbour, il suffira d’anticiper sur ces réflexions et de voir ce que le département de Mbour doit avoir comme attitude pour pouvoir capter et bénéficier des retombées de ces investissements»,a indiqué l’organisateur du forum, Mouhamadou Barro. «Si  nous ne le faisons pas, le département de Mbour risque d’être une cité-dortoir parce que tous les investissements qui se feront à travers l’Aéroport International Blaise Diagne, à travers les pôles urbains de Diamniadio, du Lac Rose, de Diass et de Daga Kholpa. Si ces investissements sont réalisés sans qu’il  n’y ait une réflexion stratégique avec les forces vives du département de Mbour, en rapport avec les autorités locales, le conseil départemental et les différentes mairies, pour pouvoir anticiper et de voir quelle doit être notre posture, nous risquons d’être un département qui ne subit qu’un certain contrecoup de ces investissements. Alors qu’au même moment, d’autres régions et  d’autres localités ont déjà réfléchi sur ce qui devrait être  leur comportement et leur position par rapport à ces investissements », a martelé le président du mouvement Action-Solidarité-Citoyenneté. A travers les communications, il est ressorti l’idée de créer une plateforme qui réunit non seulement les membres de la société civile mais aussi des élus locaux. Il est vrai, reconnait Mouhamadou Barro, qu’on a des institutions: le Conseil départemental et les différentes équipes  municipales, mais ce sont les élus qui  font le gros  du travail. Or, dans le département de Mbour, constate- t-il, il  n’y a pas dans le département de Mbour une plateforme qui réunit les acteurs de la Société Civile en rapport avec les politiques. Il devrait être question par exemple selon Mouhamadou Barro, d’amorcer la réflexion sur  les nouveaux types d’aménagement touristique dans les nouveaux pôles  urbains du Lac Rose et de Diamniadio, dont  les conséquences majeures pourraient être pour le département de Mbour, leader jusqu’ici dans le domaine, de perdre  l’essentiel de sa clientèle s’il ne parvenait pas à imaginer une autre alternative au balnéaire, qui semble avoir atteint ses limites. D’où l’importance de mettre en place cette plateforme des acteurs de la Société Civile, pour notamment amener l’Etat à réaliser ce qu’il a déterminé dans des documents de stratégies de développement et au-delà de cela contraindre l’Etat à investir dans Mbour.
 

Commentaires