Faux médicaments saisis à Touba : Les pharmaciens craignent un "deux poids deux mesures"

L’Ordre des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés du Sénégal, partie civile dans l’affaire de la saisie de faux médicaments à Touba Belele, exigent l’arrestation de «tous les complices et de tous ceux qui les soutiennent». Face à la presse, ils ont déploré qu’ «un seul délinquant (Bara Sylla) ait été jusque-là déféré».

La gendarmerie de Touba avait saisi le 11 novembre 2017, à Belele, deux camions remplis de médicaments falsifiés d’une valeur de 1 milliard 335 millions de francs Cfa.

L’Ordre des pharmaciens et le syndicat des pharmaciens privés du Sénégal se font entendre à trois jours de l’ouverture du procès, prévue le 15 mai. Ils demandent aux autorités judiciaires et étatiques de «prendre leurs responsabilités» pour que «l’ensemble des complices soient sanctionnés à la dimension du préjudice qu’ils ont causé à la population».

Président de l’Ordre des pharmaciens, Dr Amath Niang, repris par Direct Info, déplore «qu’un seul délinquant ait été déféré» depuis l’éclatement de cette affaire. Et souligne que «ces médicaments ont un impact désastreux sur la santé». Ce qui pousse les pharmaciens a exhorté l’Etat à «corser» les sanctions. D’autant que, souligne Dr Niang, «la vente illicite de médicaments tue plus de 800 mille personnes par an en Afrique, selon l’Organisation mondiale de la santé (Oms)». 

Seneweb

Commentaires