Chambre d'accusation: Son épouse et sa sœur obtiennent la liberté provisoire, Boy Djiné en grève de la faim

Jabi Cham et Yacine Fall vont enfin pouvoir humer l’air de la liberté. La sœur et l’épouse de Modou Fall alias Boy Djiné ont obtenu une liberté provisoire de la part de la Chambre d’accusation, hier. Mieux, le Parquet général ne s’y est pas opposé. De l’autre côté, Boy Djiné se plaint et observe une grève de la faim. 
  
Depuis plus de trois ans qu’il est en prison, l’illusion de lumière qui pointait à l’horizon avec l’annulation de la procédure dans l’affaire criminelle où il avait comparu la dernière fois, s’est vite dissipée avec la reprise du dossier par le procureur de la République, qui l’a régularisé et ouvert une autre information pour les mêmes faits. Mais, si l’avenir est sombre pour Boy Djiné, ce n’est pas le cas de ces coinculpés, notamment sa femme Jabi Cham et sa sœur Yacine Fall. La Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar leur a accordé la liberté provisoire, hier. Enfin. En effet, c’est au moins la deuxième fois que l’épouse et la sœur de Boy Djiné saisissent la juridiction de recours. Les requérantes n’ont pas buté sur le Procureur général. Au contraire, le représentant du ministère public ne s’est pas opposé à la demande de mise en liberté provisoire de la famille de Modou Fall alias boy Djiné. Une chance pour les deux femmes que le Doyen des juges d’instruction avait refusé de mettre en liberté provisoire. 
  
Boy Djiné observe une grève de la faim pour protester contre un «acharnement» 
S’agissant de Boy Djiné, même si sa situation carcérale s’est un peu améliorée, il est loin de voir la lumière pointer à l’horizon. Récemment, le fugitif multirécidiviste a choisi d’observer une grève de la faim pour protester contre ce qu’il considère comme un «acharnement du Parquet», selon une source proche de cette affaire. Selon Modou Fall alias Boy Djiné, outre le traitement spécial qui lui est appliqué à la prison du Camp pénal, les nombreuses procédures initiées par le procureur de la République à son encontre ne sont rien d’autre que de l’acharnement. Boy Djiné fustige également les retards que subissent ses différents dossiers. Au niveau du deuxième cabinet d’instruction, il y a deux dossiers qui le concernent et dont l’enquête est bouclée, mais le juge n’a toujours pas servi une ordonnance de renvoi. Idem pour les dossiers qui sont confiés au Doyen des juges d’instruction. D’ailleurs, pour cette affaire dans laquelle sont impliquées son épouse et sa sœur, l’enquête est terminée. Reste maintenant que le juge renvoie l’affaire et que le Parquet enrôle le dossier. 
Pour rappel, dernièrement, le juge de la Chambre criminelle avait annulé la procédure sur le fondement que lors de son inculpation, le juge d’instruction n’a pas respecté les dispositions de l’article 101 du Code de procédure pénale qui exige la présence de l’avocat. Mais, cela a été une courte victoire, car le Procureur a immédiatement repris l’affaire pour demander une inculpation et un mandat de dépôt. 

Jotaay.net

Commentaires