Sénégal-Journée africaine de lutte contre la drépanocytaire: L'hôpital Albert Royer augmente son plateau médical

 

Par Sokhna Oumou SECK

La drépanocytose est une maladie héréditaire à soins couteux. Elle est la première maladie génétique affectant des milliers de personnes sur le continent africain, causant de nombreux décès. La drépanocytose occupe le quatrième rang des consultations à Albert Royer dans les priorités en matière de santé publique mondiale, après le Cancer le Sida et le Paludisme.

C'est dans ce contexte que ce mardi 10 mai 2017 s'est tenue dans l'enceinte de l'hôpital une cérémonie d'inauguration une unité de soins ambulatoires pour enfants et adolescents drépanocytaires. Au Sénégal, sa prévalence est à 10% dont 0,5% de formes majeurs, chaque année, il y a 1700 nouveaux nés drépanocytaires au Sénégal.

Depuis 16 ans, la République du Sénégal et le Gouvernement princier de la principauté de Monaco ont financé la construction de l’unité de soins ambulatoires pour Enfant et Adolescents drépanocytaires du centre hospitalier national d’Enfants Albert Royer. L’objectif spécifique est de développer une unité de soins ambulatoires dédiés aux enfants et adolescents drépanocytaires, aux seins du CHNEAR. Le montant total du projet est de 1149 600 Euros dont 484 225 Euros (soit 42%) la part de la principauté de Monaco et le reste soit 665 375 Euros supporté par le gouvernement de la République du Sénégal. Elle a démarré ses activités de consultation depuis le 1er Janvier 2017.

Pour le Secrétaire général du Ministre de la Santé et de l’Action sociale, cette nouvelle unité va nous permettre de contribuer substantiellement à une meilleure prise en charge des enfants et adolescents drépanocytaires grâce à un respect des protocoles et procédures établis, une prise en charge exclusive (consultation, hospitalisation, bilan sanguin) pour l’amélioration de la sensibilisation sur la maladie auprès des bénéficiaires, avoir un renforcement de la fonctionnalité du bâtiment, un renforcement des compétences du personnel pour la gestion informatisée du dossier patient et des données de l’activité.

Pour sa part, Monsieur Ibrahima Wone: «En 2008 l’Assemblée général des Nations Unies a voté la Résolution 63/237 reconnaissant la drépanocytose comme problème de santé publique». La drépanocytose est une maladie fréquente et grave qui nécessite que les pouvoirs publics et les populations notamment en Afrique, lui consacrent toutes les énergies nécessaires.

Les responsables estiment qu'ils ont réalisé une belle œuvre qui sera une étape importante dans la lutte contre la drépanocytose au Sénégal, mais des enjeux et défis restent.

En effet, il s’agira de poursuivre nos efforts en vue de réduire le nombre de naissances d’enfants porteurs de drépanocytose maladie, réduire sensiblement la morbidité et la mortalité liée à la maladie par une prise en charge appropriée et accessible à tous, la mise en place d’un programme national prenant en compte la formation du personnel de santé pour assurer la couverture sociale et la prise en charge des patients.

Commentaires