Choléra en Haïti: L’ONU reconnaît sa responsabilité

 

Les Nations Unies ont finalement reconnu leur implication dans l’apparition de l’épidémie de choléra à Haïti. C’est ce qu’a révélé le New York Times. Ce vendredi 19 août 2016, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a annoncé une aide financière à destination des familles de victimes.

 

Plusieurs enquêtes scientifiques avaient conclu que l’ONU a introduit l’épidémie via sa base de Casques bleus népalais mobilisés pour la mission Minustah. Selon le quotidien américain, le porte-parole du Secrétaire général a ainsi écrit, dans un email, qu’au cours de l’année dernière, « l’ONU s’est convaincue qu’elle a besoin de faire beaucoup plus vis-à-vis de sa propre implication dans l’apparition de l’épidémie et la souffrance des personnes touchées par le choléra ». 

L’épidémie de choléra sévit depuis octobre 2010 à Haïti et a déjà fait plus de 10 000 morts. Les premiers cas sont apparus sur les bords d’un affluent du fleuve Artibonite, à proximité de la base des Casques bleus népalais de la Mission de l’ONU en Haïti à Mirebalais, dans le centre du pays. De nombreuses enquêtes scientifiques avaient conclu que l’épidémie avait été importée, mais l’ONU avait jusque là nié toute implication.

Ce vendredi 19 août 2016, appelant à accompagner cette reconnaissance d’un plan, l’ONU a annoncé qu’elle allait accorder une aide matérielle directe aux victimes de l’épidémie de choléra en Haiti et à leurs familles. Le même jour, Ban Ki-moon a estimé que les Nations Unies ont une responsabilité morale en la matière.

 

Commentaires