Un an de prison de Khalifa Sall: L'opposition fait bloc et taille en charpie Macky

Un poltron aux gros yeux, un incompétent endurci, un méchant sans cœur et même un «unk»…, les qualificatifs n’ont pas manqué à l’opposition pour descendre en flammes le Président Macky Sall, lors de la cérémonie de commémoration de l’an 1 de Khalifa Sall en prison, hier à Dakar. Cerise sur le gâteau, pour une opposition décidée à aller au combat, ses deux armes fatales, jadis en guerre, ont décidé de faire la paix. 
 
 
 Si elle venait à matérialiser ses engagements pris lors de la célébration de l’anniversaire douloureux du un an de Khalifa Sall en prison, l’opposition ferait très mal à Macky Sall et son régime. En effet, formant un bloc, malgré les divergences d’idéologie et d’orientation politique, l’opposition, comme lors de la présidentielle de 2012, semble être d’accord sur l’essentiel : Le départ de Macky Sall en 2019. 

Et pour ce faire, rien de tel qu’un mélange, d’une part, d’expérimentés, à l’image de Mamadou Diop Decroix, Mata Sy Diallo, Oumar Sarr, Cheikh Bamba Dièye, Elène Tine et, d’autre part, de «jeunes» à l’engagement et à la détermination sans commune mesure, comme Barthélemy Dias, Mouhamed Lamine Massaly, Bamba Fall ou encore Thierno Bocoum. 
C’est en effet tout ce beau monde qui s’est réuni, hier, au niveau des jardins de l’hôtel de ville de Dakar, pour célébrer à sa manière une année d’emprisonnement «injuste» «antidémocratique» et «anticonstitutionnel». Et il faut dire que même si la volonté d’union de l’opposition n’est pas récente, la manière dont cet évènement a été célébré, hier, risque de rapprocher un peu plus ses membres. 

Au chapitre des prises de parole, c’est comme s’ils s’étaient passé le mot. En tout cas, le mot d’ordre était on ne peut plus clair : descendre en flammes le Président Macky Sall et son régime et par tous les moyens. Et chacun y est allé à sa façon. 
Indiquant que les raisons de l’arrestation de son leader sont politiques, Barthélemy Dias a déclaré qu’ils vont poursuivre les chantiers entamés par Khalifa Sall. Et ce dès lundi prochain. 

«Nous allons reprendre le travail que Khalifa Sall a commencé et pour lequel il a été arrêté. Nous allons continuer à faire le tour du pays pour porter le message de Khalifa Sall aux Sénégalais», a déclaré Barthélemy Dias, qui indique que ce n’est Macky Sall qui va saper leur élan. Poursuivant, le maire de Mermoz Sacré-Cœur, qui taxe le Président Sall d’incapable, accuse le régime et le procureur d’association de malfaiteurs. 

Sa déclaration, suite à sa sortie polémique lors de la présentation de condoléances du gouvernement, était attendue. Mais il faut dire que Bamba Fall a été moins virulent contre le régime qu’à son habitude. Dans un speech de près de 10 minutes, Bamba Fall s’est débrouillé pour ne pas s’attirer les foudres de ses camarades «Khalifistes», tout en restant correct avec le Président Macky Sall, à qui il avait promis d’envoyer la monnaie de la pièce. 

A propos de la polémique née de sa récente déclaration, Bamba Fall note que son compagnonnage avec le maire de Dakar transcende la politique. «Quand Khalifa a voulu briguer la mairie de Dakar, c’est moi et Bira (Kane Ndiaye) qu’il a appelés pour en parler en premier. Ce qui me lie à Khalifa, c’est le sang. Aujourd’hui, les Sénégalais savent que si Khalifa est encore en prison, c’est à cause de la politique et rien d’autre. Khalifa Sall n’a rien pris. S’il est en prison, c’est qu’on a peur de l’affronter à des élections», a déclaré Bamba Fall. 
 

Cheikh Bamba Dièye : «Tout notre problème, c’est que nous avons fait un mauvais choix sur un homme qui ne mérite pas d’être là où il est» 
Pour l’ancien maire de Saint-Louis, il a été question de rappeler le sacrifice des femmes du Nder, décriant l’acharnement du régime de Macky Sall sur les opposants du régime. «Tout ce qui se passe au Sénégal est de notre responsabilité, à nous tous. Et ce procès de Khalifa Sall et de ses co-prévenus est une honte pour la République. C’est une honte pour l’image de marque du Sénégal. C’est une injustice inqualifiable. Tout notre problème, c’est que nous avons fait un mauvais choix sur un homme qui ne mérite pas d’être là où il est», a critiqué Cheikh Bamba Dièye. 
Me El Hadj Amadou Sall : «Vous ne connaissez peut-être pas Macky Sall, mais nous, nous le connaissons. C’est un grand poltron» 
Prenant la parole, au nom du Pds, Me El Hadj Amadou Sall a taxé Macky Sall de poltron aux gros yeux. «Vous ne connaissez peut-être pas Macky Sall, mais nous, nous le connaissons. C’est un grand poltron, qui ne saurait faire face si nous nous donnons la main», a tancé l’ex ministre. 

Source: Jotaay.net

Commentaires