Souleymane Ciss président du mouvement JEUVRE: «Il est de notre devoir d’œuvrer pour la sauvegarde et la perfection de nos valeurs républicaines»

 

Par Yacine NDIAYE (Actu24, THIÈS)

L’ex-attaché de cabinet de l‘ancien Ministre de l’Energie Thierno Alassane SALL, Souleymane CISS, par ailleurs conseiller municipal à Thiès, a lancé, ce mercredi 22 novembre 2017 à Thiès, son mouvement politique dénommé JEUVRE (Jeunesses Unies pour les Valeurs Républicaine).

Il fait comprendre que «dans le contexte politique actuel, il ne serait pas vain de se pencher un temps soit peu sur le sens profond du mot le plus répandu du langage politique, la République. En réalité cette dernière ne se confond pas avec la démocratie. Celle-ci est un mode de gouvernement, une méthode fondée sur le pouvoir du peuple, à travers le suffrage universel direct ou indirect. Souleymane Ciss pense que «dans son sens le plus habituel, le plus fréquent aujourd'hui, la République exprime le corps des valeurs dans lesquelles se reconnaît une Nation, construite au fil de l'histoire». Il poursuit qu’«au sens des droits fondamentaux, la République se présente comme un refuge, une protection dans la tempête et c'est pourquoi les sénégalais, dans leur quasi-unanimité, tiennent à ce patrimoine commun. C’est pour cela, en tant que jeunes, il est de notre devoir d’œuvrer pour la sauvegarde et la perfection de nos valeurs républicaines». Et là, il tient à dire «que nous n’avons pas la prétention de dire que nous sommes des hommes de valeur, pour deux raisons: primo, parce que pour nous, cela est une quête. Secundo, par considération aux autres sénégalais qui sont des hommes et des femmes de valeurs et qui ne partagent pas les mêmes convictions politiques que nous». Le conseiller municipal qui se dit citoyen, se reconnait dans les valeurs républicaines que son Excellence le Président de la République Macky Sall incarne. Et de croire qu’il «s’avère donc, que le choix du Président de la République, Macky Sall, en tant que Parrain et Président d’honneur du mouvement JEUVRE (Jeunesses Unies pour les Valeurs Républicaines) n’est pas un fortuit. A travers ce choix, nous le rendons hommage pour avoir restaurées certaines valeurs républicaines longtemps foulées au pied, mais aussi pour nous en avoir inculquées».

Il rappelle que «en guise d’illustration, son Excellence Macky Sall, a fait montre dans des moments où ce n’était pas évident qu’il est possible de faire de la politique dignement, en gardant ses valeurs». Il se souvient de sa fameuse maxime « qu’il faille me renier pour survivre, je dis non». L’ex-attaché de cabinet de l‘ancien Ministre Thierno Alassane SALL, est largement revenu sur l’ambition indubitable du Président Macky Sall de mettre le Sénégal dans les voies du progrès. Il a paraphrasé un peu le Premier Ministre Mohammed Boun Abdallah Dionne : «le Sénégal sous Macky Sall a engagé sa marche résolue vers l’émergence. Les 5 premières années d’exercices du pouvoir sont entrain de prouver que le Plan Sénégal Emergent (PSE) constitue le socle de la renaissance socio-économique d’un pays qui a accompli le grand bond dans plusieurs domaines. J’en déduirais alors que le PSE n’est pas un plan de rêve ». Parmi ces différents domaines, met en évidence la volonté du Président Macky Sall de résorber les inégalités économiques et sociales. En effet, la situation économique et sociale des populations vulnérables a fortement progressé de 2013 à 2017 grâce à un investissement massif auprès de ces populations avec notamment le programme des bourses de sécurité familiale et la couverture maladie universelle (CMU).Au niveau des infrastructures, les résultats de l’action du Président Macky Sall sont tangibles et dépassent de loin ceux du défunt régime qui avait construit 1578km de routes et autoroutières en 11 ans dont 11 ponts.

Pour Mr Souleymane CISS, «Avec le régime du Président de la République Macky Sall, 1295 km de routes et autoroutières ont été construites en 4 ans avec 12 ponts. Et cela, sans compter le vaste programme de modernisation des cités religieuses notamment Touba et Tivaouane ». A ce niveau, Il a une pensée particulière pour la ville de Thiès. Et là, le conseiller municipal voudrait au nom du principe de la continuité de l’Etat, interpeler le Président de la République sur la poursuite des chantiers à Thiès. Parce que cela va dans le sens du redressement économique de Thiès et donc de l’épanouissement de ses populations.

 

Commentaires