Parrainage : "La fiche de collecte des signatures n'est pas encore disponible"

La direction générale des élections a tenu ce mardi 17 juillet à Dakar un atelier de partage sur la vulgarisation des innovations apportées dans le Code électoral. Le premier point porte sur le système de parrainage. Selon Casimir Bernard Demba Cissé, "la fiche de collecte des signatures qui doit être déposée au Conseil constitutionnel n'est pas encore disponible. Tout candidat qui s'aventure présentement à chercher des signatures retournera parce que le parrainage n'est pas encore lancé", alerte Cissé.

Il précise : "La fixation de la caution devrait se faire, selon la loi, à 180 jours avant la date des élections. Le ministre a anticipé sur cette réunion et il a déjà fait la concertation avec les acteurs. Il est dans les délais pour fixer le montant de la caution".

Demba Cissé signale que le système est fiable et qu'il n'y aura aucune possibilité de fraude. "Il n'y aura pas moyen de frauder. Pour les collectes de signatures, c'est interdit de trouver les militaires et paramilitaires dans leur cantonnement ou leur lieu de travail et aussi de trouver les médecins dans les hôpitaux."

Dans le même ordre d'idée, un discriminant sera mis en place pour éviter les imitations et les fausses signatures. "Ce discriminant, c'est la loi électorale qui indique que le ministre de l'Intérieur aura la possibilité d'introduire à chaque fois un élément qui est variable. Cela tient au fait que le fichier électoral est mis à la disposition des différents acteurs. Si on n'y prend garde, il serait aisé que des personnes de mauvaise foi utilisent le fichier pour procéder à un parrainage qui ne leur impose pas d'aller au contact de l'électeur."

Évoquant l'article L57 de la loi numéro 2018-22 du 04 juillet 2018 portant révision du Code électoral promulguée et publiée dans le journal officiel le 5 juillet dernier, le directeur de l'Information rappelle qu' "un électeur ne peut parrainer qu'un seul candidat. En cas de doublons dans la même liste une seule signature sera validée".

"Selon les dispositions de l'article L.57, s'il est avéré que la présence d'un parrain sur plus d'une liste relève d'une volonté de fraude, les peines prévues par l'article L88 lui sont applicables. Il est prévu que le parrain fautif encourt une peine d'emprisonnement d'un mois à un an et une amende de 10.000 à 100.000F", fait-il savoir.

Chamsidine Sané - Seneweb

Commentaires