Diourbel-Mbaye Samb maire de Pattar et candidat aux législatures: «Pour le choix des candidats le peuple doit privilégier les partenaires de tous les jours»

 

Par Lauris GOMIS (Actu24, Diourbel)

Après avoir déposé son dossier de candidature pour les législatures prochaines du 30 juillet 2017, le maire de la commune de Pattar, responsable politique Apr, Mbaye Samb, invite le peuple à réfléchir sur la sincérité des candidats pour leur future mission à l’Assemblée nationale. Selon lui, les candidats à la sauvette sont à bannir.

Pour Mbaye Samb, maire de la commune de Pattar, responsable Apr et candidat aux législatures du 30 juillet 2017, le candidat auquel le peuple doit faire confiance, c’est celui vit avec les populations et qui partage avec elles les souffrances et les jours meilleurs. Ce n’est pas, a-t-il confié, celui qui saute sur les opportunités pour prévaloir une certaine légitimité ou faire semblant de rouler pour les préoccupations des populations. Ceux à qui le peuple doit faire confiance et qu’il doit élire député, a-t-il conseillé, sont ceux qui se sont toujours préoccupés des problèmes des populations et qui se sont toujours investis pour ça sans rien attendre d’elles. «Ceux qui se sont sacrifiés avec les populations pour obtenir des résultats, ceux qui sont prés des populations et d’être en permanence à leur écoute, sont les plus méritants et plus légitimes pour les représenter à l’Assemblée nationale». Sur le plan politique, a-t-il rappelé, c’est le résultat qui compte. «Ceux qui font des résultats doivent  être les premiers à être considérés au premier plan. Ceux qui travaillent et ceux qui ne font rien sont à dissocier et ceux qui tranchent doivent obligatoirement en prendre acte pour un bon choix». Alors si les choix se font autrement, a-t-il regretté, se serait au plus grand regret au détriment du peuple et n’encouragerait guère les vrais militants et responsables qui se donnent sans répit et sans compter pour l’intérêt de la nation et du parti. «La politique, aujourd’hui, c’est un pêlemêle, a-t-il déploré. «Il y’a ceux qui jouent pour leurs pochent et ceux qui, en tant que patriotes et imbus du devenir de leurs concitoyens, s’investissent pour l’intérêt général». Maintenant ,a-t-il signalé, pour les législatures, tout le monde est candidat mais, depuis 2012, jusqu’au  haut conseil en passant par le référendum, a-t-il rappelé, ceux qui ont toujours gagné avec les populations sont là et, en aucune manière, si on doit jouer le franc jeu, a-t-il estimé, on ne doit pas les reléguer au second plan. Maintenant, ceux là qui ont toujours travaillé en bon termes avec les populations, comme avec celles de Pattar, sont ceux là qui doivent être considérés comme de réels partenaires, a-t-il soutenu. «Ils sont faits naturellement pour les représenter en tant qu’élus du peuple à l’Hémicycle». Pour ceux qui pensent que l’argent peut acheter des ambitions, qu’ils se détrompent, a-t-il ajouté.

Il est convaincu, aujourd’hui, a-t-il avisé, que les personnes sont aguerries des mensonges et des tromperies et se sont, désormais, résolument, rangées du côté de la sincérité et de la bonne foi. «De nos jours, c’est une honte de vouloir berner les gens avec l’argent. Maintenant, les gens préfèrent vivre de leur dignité plutôt que de se faire acheter».

Commentaires