Diourbel-Khadim Guèye coordonnateur départemental du Pds: «Pour donner une chance à ceux qui m’ont toujours soutenu je n’ai pas accepté d’être investi»

 

Par Lauris GOMIS (Actu24 Diourbel)

Ce lundi, à Diourbel, à l’issue du vote du budget du conseil départemental de Diourbel, Khadim Guèye, président de la dite institution et coordonnateur départemental du Pds à Diourbel, interpellé sur les investitures, a déclaré, au lieu d’accepter d’être investi, il a préféré laisser la place à ceux qui l’ont toujours soutenu car, a-t-il estimé, nul n’est indispensable.

Il y’a beaucoup de responsables politiques, des hommes et des femmes dans le département qui l’ont toujours soutenu, a-t-il signalé, et s’il dirige la liste départementale, ils ne seront plus investis et s’il les élimines, ce n’est pas récompenser les efforts qu’ils ont fait, en particulier, les efforts qu’ils ont fait pour l’accompagner pour être président du conseil départemental, pour l’accompagner dans le passé, pour être élu député. Donc, aujourd’hui, en toute reconnaissance, a-t-il confié, il doit demander à ce qu’on prenne des gens parmi ces personnes sur la liste départementale au lieu de les éliminer. Selon lui, malgré l’insistance  du parti, il ne pouvait pas accepter de les éliminer car il ne sait les conséquences que cela pourrait provoquer. S’il les élime, est-il conscient, ils seront toujours avec lui parce qu’ils ont la sympathie d’être avec lui. Mais qu’est ce qu’ils vont faire, a-t-il redouté ? Est-ce qu’ils vont se battre pour que le parti gagne, s’est-il inquiété. Alors, est-il persuadé, si on les met, ils vont se battre et lui, étant leur responsable, forcément, voulant qu’ils gagnent, il se battrait beaucoup plus qu’il s’est battu pour les élections passées. «La stratégie que j’ai proposé au parti, c’est d’éclater, de ne pas choisir deux personnes dans la commune de Diourbel. Il faut choisir une personne dans les communes rurales et une personne dans les Communes et pour les suppléants, faire la même chose. Il faut deux hommes, deux femmes ». Sur le short liste, a-t-il rappelé, il y’avait 7 hommes, 7 femmes. Le parti connait le département de Diourbel, a-t-il avisé. Il sait exactement quelle est la meilleure façon d’investir et ils ont, donc, fait des options là-dessus, a-t-il rassuré. «Ils ont fait options sur deux hommes et deux femmes». Les autres qui sont éliminés sur le short liste, a-t-il attiré l’attention, ils ont des capacités, ils sont méritants  mais, malheureusement, ils sont 14, a-t-il regretté, et il faut choisir quatre. Donc, forcément, a-t-il éclairé, il y’a dix qui ne partent pas et si parmi les dix, y’en a qui disent forcément, ça devait être moi, c’est regrettable, a-t-il apprécié. «Moi, j’aurai pu accepter avec le parti et dire ok je prends la liste départementale et puis j’élimine tous ces gens mais en ce moment, si les gens ne sont pas enthousiastes pour battre campagne, ce n’est pas bon et ne serait pas à notre avantage». Maintenant, dans la situation actuelle, a-t-il redouté, peut être des gens peuvent être fâchés mais ils ont une équipe capable de battre campagne, est-il convaincu. Pour les autres, a-t-il conseillé, il faut qu’ils travaillent.

Ce n’est pas le fait de ne pas être investi qui compte le plus et qui doit pousser les gens au boycotte des élections, a-t-il fait comprendre. Si ce n’est pas pour aujourd’hui, a-t-il déclaré, ça pourrait être pour demain. Alors l’idéal pour lui, c’est de se mettre dans les rangs, se battre et travailler pour gagner.

Commentaires