Entretien avec Abdou Guité Seck, artiste compositeur:«Au Sénégal le droit des femmes est piétiné»

 

Entretien réalisé par Ndèye Khady MBAYE GOUDIABY

Quand Abdou Guité Seck fait face à la presse pour présenter son nouvel album «Ndioukeul» c’est un riche moment d’émotion de convivialité avec ses fans. C’est aussi une séance d’écoute de son album mélodieux. Mais avant cela, c’est l’ultime jeu de questions réponses.  Toutefois votre site d’informations générales Actu24.net pour vous donner toute l’exclusivité a eu un entretien avec votre artiste.

Pourquoi vous avez choisi le titre de votre nouvel album «Ndioukeul»  2017 ?

C’est une façon pour moi de rendre hommage à tous les hommes qui n’ont ménagé aucun effort pour nous soutenir nous aider depuis nos débuts et jusqu’à présent. Ces personnalités sont énumérées dans l’album. Par ailleurs, nous avons connu pas mal de monde mais c’est une nouvelle fenêtre qui s’ouvre et je pense qu’il aura «Ndioukeul» un, deux, trois et nous allons continuer de rendre hommage.

Quels sont les thèmes abordés par l’album ?

C’est un album de sept titres. L’approche privilégié dans la conception de cet album a été la diversité. Il suffit juste de lire les titres des différents morceaux pour s’en apercevoir. Il y a «Thioukelel» qui signifie enfant en français et «xalé» en wolof. C’est un thème qui revient presque dans tous mes albums. Nous avons chanté les enfants dans de multiples facettes et dans plusieurs langues et dialectes pour se faire entendre. En effet, nous allons continuer à chanter haut et fort pour dire non aux violations des droits des enfants pour un monde meilleur et un devenir du pays. Toujours dans ce morceau, nous rappelons que l’enfant est un espoir, donnons-lui ses droits pour qu’il puisse remplir ses devoirs. En tant qu’ambassadeur des enfants, nous disons que la place de l’enfant n’est pas dans la rue et son destin n’est pas de tendre la main. A cette occasion, nous félicitons et encourageons les acteurs qui œuvrent pour le bonheur des enfants en l’occurrence la case des tous petits. Enfin nous disons en bas, les parents qui démissionnent sur l’éducation de leurs enfants. L’autre thème abordé est «Ya woni» qui est un chanson d’amour pour faire un clin d’œil à nos fans de la Mauritanie. Dans ce morceau, nous illustrons le mari reconnaissant envers sa femme et qui rende hommage à son comportement exemplaire. Par ailleurs, «Ndioukeul» inspiré du nom de l’album rende hommage à quelques illustres personnalités qui nous ont soutenues et qui nous soutiennent encore car l’homme est le remède de l’homme. En effet, nous l’illustrons avec les Guité clubs et la famille qui ne nous a jamais abandonné. Africa fait également parti des thèmes. C’est un cri de cœur mais aussi un message fort de motivation. C’est ainsi que nous appelons nos frères et sœurs africains à se réveiller et à se mettre au travail pour le développement de notre continent qui regorge de richesses. Nous ne voulons plus que l’image de l’Afrique soit collée à la guerre à la pauvreté, à la mauvaise gestion des ressources ect… Surgit également «Seen Doom», c’est dans ce morceau que nous rendons hommage à de dignes fils du pays, entre autres les Saint-louisiennes Awa Ndiaye Lome, Golbert Diagne et Ndoumbé Sow mais aussi à mes amis et frères Modou Khoule du talibé Mame Babacar et Mounzir Niasse. Il y a également un remix c’est celui «Thiono Adiouna» que les fans m’ont demandé. Il relate les épreuves de la vie, un thème qui demeure récurrent dans notre société. Nous traitons en tant qu’auteur le caractère insaisissable de la vie tantôt elle nous berne, tantôt elle nous plombe. L’autre grand thème, c’est l’hypocrisie est celui dont les conditions n’expriment pas les pensées du cœur. Nous dénonçons cette attitude qui consiste à dissimuler son caractère ou ses intentions véritables à affecter des sentiments, des opinions, des vertus qu’on n’a pas, pour inspirer confiance. A cette occasion, nous adressons aussi aux briseurs de ménages et aux vendeurs de rêves qui ne respectent pas leurs promesses. Pour nous rappeler un de nos titres «Sossal» qui signifie casser du sucre sur le dos de quelqu’un nous, nous désolons de cette attitude qui est tant répandue dans le monde et que certaines personnes adoptent avec jouissance. Et enfin, «Mbalit mi», choisi en février 2013 parmi les lauréats du prix citoyen moderne au Sénégal, nous continuons à faire valoir notre engagement dont l’action citoyenne. Dans ce morceau «Mbalit mi», nous sensibilisons sur les ordures qui font reculer le tourisme engendrent des maladies, en polluant  notre environnement. Nous invitons les populations à rendre propre le pays et à adopter un bon comportement dans la vie de tous les jours. Pour dire également que l’arrivée d’un hôte ne doit pas être la seule motivation de nettoiement. Nous rappelons que les ordures sont une richesse. Dans les pays qui l’ont compris, rien ne se perd tout se récupère.

Pensez-vous que la sortie de l’album par format USB peut marcher au Sénégal ?

C’est une première expérience, je ne sais pas mais si on soutient cette idée cela va très bien marcher. Cela peut être une nouvelle fenêtre. Nous n’avons pas encore fait état des ventes mais je peux vous assurera que nous avons cherché le bon format clé USB qui peut durer. Nous voulons que l’album soit disponible dans tous les supports téléchargements, CD pour une plus large diffusion. Nous avons également utilisé les réseaux sociaux parce que le monde d’aujourd’hui marche avec ses réseaux. Ce que l’on a également remarqué chez les hommes politiques. Sur ce, nous devons marcher avec notre temps.

Pourquoi GUITE aime chanter les enfants et la femme ?

J’ai eu la chance de passer une enfance merveilleuse, bien entouré. C’est pour cette raison que je voudrai que les enfants du monde puissent avoir la même chance que moi. Je veux que les enfants vivent convenablement sans tendre la main dans la rue pour manger. En ce qui concerne la femme, pour moi tout est la femme. Je pense à ma mère, ma femme, toutes les femmes du monde. J’adore les femmes, je les respecte. Nonobstant, dans notre pays, je vois que le droit de la femme est piétiné parce que je vois pas mal de ménage où la femme est le maillon faible. Nous devons aimer et respecter la femme pour une meilleure société.

Commentaires