Le soutien à Fillon du fondateur des boulangeries Paul provoque tollé et appels au boycott

 

La boulangerie Paul est au coeur d'une polémique en France. En cause, le soutien apporté à François Fillon par le patriarche de la famille Holder, en son nom et aux noms des employés de la chaîne. Une démarche qui a semé la zizanie au sein de la société, mais également de la famille.

L'appel à voter pour Fillon lancé  samedi par Francis Holder, fondateur des boulangeries Paul, au travers d'une vidéo a fait avaler de travers son épouse et son fils, mais aussi les représentants syndicaux de la chaîne.

Tout est parti d'une vidéo relayée sur le compte Twitter officiel "Fillon 2017" dans laquelle Francis Holder, à la tête des boulangeries Paul depuis 1965, apporte son soutien à François Fillon. Une prise de position faite en son nom et au nom des 14.000 salariés de l'entreprise.

"Je ne crois pas que ce soit une publicité qui nous fasse du bien"
"Je suis ici en tant qu'ambassadeur des 14.000 personnes que forme l'entreprise, dont la moitié en France et la moitié à l'étranger (dont en Belgique)", lance-t-il. 

"Simplement pour vous dire que j'ai regardé le programme de monsieur Fillon. Quand monsieur Fillon nous parle de la libération du travail, c'est la demande que fait l'ensemble du personnel de pouvoir libérer le travail, de pouvoir travailler quand on a envie de travailler plus. Simplifier le code du travail, c'est évident. Je me fais moi, ici, l'ambassadeur du personnel", appuie cet homme de 78 ans qui dit avoir développé son apprentissage à l'âge de 15 ans. La suite du message se révèle être une ode à l'entrepreunariat.

"Il y a tellement de gens qui souhaitent pouvoir entreprendre sans être brimés par l'ensemble des charges qui pèsent sur eux et des lourdeurs administratives. C'est pour ça que j'ai décidé de voter pour monsieur Fillon".

S'il est clair, le message a du mal à passer en interne. Interrogé par le Figaro, un délégué CFDT de la société déclare ne pas avoir été mis au courant de ce choix interne et souligne la frustration de nombreux salariés de ne pas avoir été informés. "Le problème n'est pas de soutenir François Fillon, mais plutôt de parler au nom de 14.000 personnes", dit-il avant d'ajouter, sur Europe 1: "Je ne crois pas que ce soit une publicité qui nous fasse du bien."
 

BoycottPaul
Il ne pensait pas si bien dire. Les réseaux sociaux accueillent avec virulence cette prise de position et de nombreux internautes, au travers du hashtag #BoycottPaul, appellent à déserter les boulangeries de la célèbre enseigne.

Le fils se désolidarise
La polémique ne s'arrête pas là et fissure le cercle familial. Lundi après-midi, David Holder, fils de Francis et président des macarons Ladurée, se distancie de son paternel au travers d'un communiqué dont le contenu est loin de renvoyer la douceur de l'emballage.

"Le président de la maison Ladurée, M. David Holder, ne s'associe en aucun cas à l'annonce politique faite par M. Francis Holder. La maison Ladurée respecte la liberté de penser de l'ensemble de ses collaborateurs, 
qu'elle soit politique ou religieuse. Cela relève de la sphère privée.

Épouse pro-Macron
Plus cocasse encore, Françoise Holder, l'épouse de Francis, cofondatrice du groupe, milite activement pour la campagne d'Emmanuel Macron. Rattachée à l'ancien ministre français de l'Economie depuis l'automne dernier et séduite par son côté novateur et réformiste, elle est devenue l'une des neufs délégués nationaux du mouvement En Marche!, qu'elle compte soutenir pour ses "enfants" et "petits-enfants".

Face à la confusion provoquée par son allocution, Francis Holder a finalement été contraint de faire marche arrière. 

"Je ne voulais pas parler au nom des collaborateurs du Groupe Holder mais exprimer mon opinion personnelle (...). Mon intention n'était en aucun cas de toucher les salariés des enseignes du groupe".

Sa vidéo restait, ce mardi, toutefois disponible sur le compte officiel du candidat des Républicains, sans doute ravi d'un tel soutien. Mais qui, à sa manière, a lui aussi soulevé la polémique. Maudite campagne.

Commentaires