La Californie et San Francisco poursuivent l'administration Trump

 

La Californie, l'Etat le plus peuplé de la fédération, et la ville de San Francisco poursuivent l'administration Trump pour contester ce qu'elles décrivent comme une politique "anticonstitutionnelle" face aux "villes sanctuaires", emboîtant ainsi le pas à Chicago.

Dénonçant une tentative d'"intimidation", Xavier Becerra, le ministre de la Justice de Californie, a porté plainte contre le gouvernement américain pour sa tentative "anticonstitutionnelle de forcer la police de Californie à mettre en oeuvre la politique fédérale de l'immigration, plutôt que de lui laisser choisir la meilleure façon d'assurer la sécurité".

La Californie, et de nombreuses villes à travers le pays notamment New York, San Francisco, Philadelphie et Chicago, ont promis de ne pas pourchasser activement les immigrés en situation irrégulière qui ne commettent pas d'infractions ou délits.

Elles affirment notamment avoir besoin de leur collaboration pour lutter contre la criminalité.

"Le mois dernier, le département américain de la Justice a posé des conditions illégales et impropres sur certaines subventions gouvernementales aux forces de l'ordre" et a "mis en question" plus de 28 millions de dollars de fonds fédéraux, des "ressources cruciales" utilisées par la Californie pour lutter contre la criminalité, ajoute le communiqué de M. Becerra.

"Il s'obstine à vouloir diaboliser les immigrés"
Le procureur de San Francisco, l'une des plus grandes villes californiennes avec Los Angeles, a parallèlement annoncé lundi qu'il avait lui aussi porté plainte, pour la seconde fois, contre la Maison Blanche pour les mêmes raisons.

"Ce président s'obstine à vouloir diaboliser les immigrés et punir les villes qui préfèrent donner la priorité à la véritable sûreté publique plutôt que de briser des familles qui travaillent dur", a dénoncé le procureur Dennis Herrera dans un communiqué séparé.

Le président républicain "a attaqué les villes sanctuaires en janvier", dès son arrivée à la Maison Blanche, "avec un décret illégal", mais "nous l'avons stoppé en justice", déclare M. Herrera. "Maintenant, il tente de faire changer les règles par l'un de ses ministères. Alors nous retournons en justice", argumente-t-il.

La semaine dernière, la ville de Chicago (nord) avait elle aussi déclenché une action en justice contre l'administration Trump, dénonçant un chantage aux subventions pour les villes dites "sanctuaires" car refusant de livrer leurs résidents sans papiers à la police des frontières.

Commentaires