Sénégal-nutrition-qualité: Cinq boulangeries mbouroises certifiées dans la fabrication du pain enrichi

Par P.M.F (Actu24 MBOUR) Mbour,20 août (Actu24.net) Cinq boulangeries du département de Mbour ont  reçu ce samedi  leurs plaques certifiant leur éligibilité au projet de diffusion à grande échelle de l’incorporation des farines de céréales locales(mil, maïs,sorgho) dans la panification et les viennoiseries, a appris Actu24.net lors de la cérémonie officielle qui s’est déroulée dans une unité boulangère de la place sise au quartier Château d’Eau  Nord de la commune de Mbour.

 

Ce projet est mis en œuvre conjointement par la Fédération Nationale des Boulangeries du  Sénégal (Fnbs), l’Association des Transformateurs de Céréales Locales (Atcl), l’Institut de Technologie Alimentaire (Ita) et l’Asprodeb. Il vise de façon globale à contribuer dans les filières céréales sèches. Il s’agira spécifiquement d’assurer dans 230 boulangeries dans 12 régions du Sénégal, une production quotidienne de pains et viennoiseries incorporant des farines de céréales. A terme, il est attendu une production quotidienne de 345.000 baguettes de pain contenant 15% de céréales (mil, maïs, sorgho) sur l’ensemble des 230 boulangeries sélectionnées à travers le pays, soit 1500 baguettes par boulangerie. Aujourd’hui, le « pain Doolé » est devenu  une réalité dans plusieurs zones du Sénégal où il est « Le pain qu’on propose est d’un poids appréciable. Du point de vue goût également, c’est meilleur et en dernier lieu ce pain a une durée de vie de 48 heures », a indiqué le vice-président de la Fédération Nationale des Boulangers du Sénégal,  Alioune Thiam. A en croire M. Thiam, il a même été incorporé dans le pain le couscous Sénégal « Thiéré », ce qui a porté le taux d’incorporation à 40%. Plus on développe les recherches, plus on peut arriver à augmenter le taux d’incorporation, indique t-il. Pour l’instant, la zone d’intervention du projet couvre toutes les14 régions du Sénégal excepté celles de Sédhiou et de Kédougou. Pour le vice-président de la Fédération Nationale des Boulangers du Sénégal, Alioune Thiam, maintenant, c’est le rôle des consommateurs de créer la demande. Il  faut que la demande existe chez les consommateurs auprès même des boulangeries qui ne font pas ce pain pour qu’elles se rapprochent de la Fédération nationale des boulangers pour subir et la formation et la livraison en intrants leur permettant de faire ce pain dans de bonnes conditions, a estimé M.Thiam. « Le rôle des consommateurs, c’est dés qu’ils auront consommé le pain de l’exiger à toutes les boulangeries afin que celles qui ne le font pas sentent le besoin de se faire certifier, afin de parvenir à sa généralisation », a t-il déclaré. «Ce pain est une option de redressement de toutes les boulangeries. Si  toutes  les boulangeries s’y mettent, ça  leur permettra d’apprécier leur cash-flow parce que la vente généralement se passe au comptoir, et  que si la demande se développe,  ça permettra aux boulangers de vendre au prix coûtant; il n’ y a pas de commission sur le pain, il n’ y a pas de distribution sur le pain. Donc, ça permet  aux boulangers de se renflouer sur le plan financier. C’est un pain qui est très avantageux, il faut que les boulangers le découvrent, s’y  mettent, et les consommateurs vont y trouver leur compte, l’’Etat va y trouver son compte et le boulanger va y trouver son compte », a estimé  le vice-président de la Fédération Nationale des Boulangers du Sénégal (Fnbs). Ce projet a une durée de trois ans, (Janvier 2014 à mars 2017). Le montant du financement est de un milliard deux cent millions(1.200.000.000) de Frs Cfa octroyé par le Fonds National de Recherches Agricole et Agro-alimentaire (Fnraa) sur les fonds du  Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao).

 

Commentaires