Sénégal-culture-patrimoine: La collectivité mandingue de Mbour en guerre contre la «banalisation » du Kankurang.

 

Par P.M.F (Actu24 MBOUR)

Mbour, 21 août (Actu24.net). Le bureau de la collectivité mandingue du département de Mbour a fustigé ce samedi ce qu’il considère comme une banalisation de la culture mandingue, notamment du Kankurang, cet être mythique, protecteur des circoncis, a appris Actu24.net.

 

Le bureau de la dite collectivité faisait face à la presse pour aborder avec elle tous les aspects liés à l’organisation de ce qu’il est convenu d’appeler « le septembre mandingue mbourois » ponctué notamment par les circoncisions de plusieurs centaines d’enfants et les sorties du Kankurang, depuis plus d’un siècle maintenant. Déjà la veille, lors du Comité départemental de développement (Cdd) spécial consacré à l’événement, le Secrétaire Général adjoint, Kadialy Seydi, annonçait la couleur en soulignant »la noble tache de perpétuation de notre coutume, ainsi que de conservation des valeurs culturelles dont elle est héritière légitime  et qui se pratique depuis plus d’une centaine d’années (1904 selon des témoignages concordants). L’allusion  est claire. La collectivité mandingue de Mbour n’a pas digéré du tout « l’humiliation » causée  l’année dernière  par un des siens, le sieur El-Hadj Cissé en l’occurrence, qui a tenu son «boudiou »(initiation) parallèle, en dépit de la ferme opposition de la collectivité et des nombreuses démarches de sensibilisation, d’apaisement et de conciliation pour l’amener à surseoir à  son projet mené sans autorisation administrative. Une situation qui aurait pu, selon les dirigeants de la collectivité, occasionner une violence aux conséquences incalculables si jamais un affrontement physique en était  né. Ce samedi, face à la presse, le Secrétaire Général, Cheikhou Dabo ainsi que le 2éme Vice-Président et porte-parole, Mamadou Diaboula, ont dit toute la volonté de la collectivité de mettre fin à «toutes les  dérives de ce genre ». «D’autres mandingues arrivés à Mbour, venant d’autres cieux, ont accepté d’intégrer la collectivité et de se soumettre à ses principes. Cissé, lui, qui  est dans ce lot, a tout d’un coup voulu défier ces règles, pourtant il a été bien intégré au sein des nôtres pour avoir élu domicile chez certains parents mandingues au début et participé activement à nos activités religieuses. Maintenant, s’il veut faire dans la dissidence, c’est parce  qu’il a des préoccupations autres que la préservation de notre héritage culturel. La preuve, il vend des badges, des T-Shirts, demande des cotisations pour enrôler des Selbés qui ne sont  guère des initiés. Finalement, c’est la sacralité qui disparait au profit de l’argent, c’est ça  quinous fait mal. Ça, nous ne saurions aucunement l’accepter », martèle Cheikhou Dabo. « On a banalisé le Kankurang dans plusieurs localités à, Ziguinchor à Yoff,  dans le Niombato, on sort le Kankurang  même à l’Université.
Nous qui connaissons bien le Kankurang, n’accepterons jamais qu’on le dévalorise sous nos cieux. Ce serait d’ailleurs malveillant de notre part, car c’est grâce au dynamisme de Mbour que le
Kankurang a été consacré par l’Unesco patrimoine. Immatériel oral de l’humanité, a réagi pour sa part le porte-parole de la collectivité, Mamadou Diaboula. Pour les deux responsables de la collectivité mandingue de Mbour, il n’y a pas de doute que les autorités prendront  la décision la plus réfléchie en veillant scrupuleusement à  interdire la sortie du Kankurang par toute autre structure que la leur. Mais quelle sera l’attitude de la collectivité si « par extraordinaire» le marabout Cissé était autorisé à sortir son  Kankurang ? « Nous saurons de toute évidence quoi faire. Nous sommes une communauté organisée, capable de faire peser de son influence »? Répondent nos deux interlocuteurs qui excluent toute action de violence pour obtenir gain de cause. Rappelons que la circoncisions de la collectivité mandingue de Mbour auront lieu le28 août prochain. Les sorties du KanKurang sont étalées sur la période du 4 septembre au 2 octobre pour les cinq cellules de la commune de Mbour et pour la période du 3 septembre au 1er octobre pour la cellule de Mboulème, dans la commune de Malicounda.
 

Commentaires