Paris Plages 2016: La Tunisie à l’honneur sur le « Quai Jasmin »

 

 

Sable fin, clapotis de l'eau, transats, parasols et même soleil : la 14ème édition de Paris Plages et fin prête à ouvrir ses quais, avec pour invitée d'honneur la Tunisie

 

Pendant cinq jours, du 20 au 24 juillet, une partie de la voie George Pompidou se transformera en « Quai Jasmin » pour promouvoir la destination tunisienne et ses atouts culinaires, artisanaux et culturels. Tunis et Sousse, particulièrement affectées par les attaques terroristes, sont cette année en tête d’affiche.

L’été tunisien à Paris

La mairie de Paris, en partenariat avec l’ambassade de Tunisie et l’office national du tourisme tunisien (ONTT), a décidé d’embarquer les promeneurs pour un voyage des sens de l’autre côté de la Méditerranée. Et pour 2016, le cœur de la capitale française « battra au rythme de l’été tunisien », a fièrement indiqué Bouraoui Limam, le responsable de communication de l’ambassade de Tunisie à Paris, à l’agence TAP.

120 mètres de plage entre le pont d’Arcole et le pont Marie ont été aménagés à cet effet, avec une ambiance farniente et médina. Plusieurs artisans (d’huiles essentielles, de « foutas », de vaisselle et de décoration traditionnelles…) seront présents, et des dégustation de mets, de thé et de vins tunisiens sont prévues. Également au programme : une exposition photos intitulée « Séance unique » (en référence à la réduction des horaires de travail pendant l’été et le ramadan en Tunisie), une bibliothèque éphémère et différentes représentations musicales et artistiques.

Le coup d’envoi de cette opération sera donné le 20 juillet, en présence de la maire de Paris Anne Hidalgo, de Salma Elloumi Rekik, ministre du Tourisme et de l’Artisanat de Tunisie, des maires de Tunis et de Sousse, ainsi que de l’Ambassadeur de Tunisie à Paris.

Climat tendu

Lancée quelques jours après l’attentat de Nice qui a fait au moins 84 morts, cette nouvelle édition de Paris Plages se tiendra dans un climat tendu. Cet événement estival, rendez-vous phare de la capitale depuis 2002, fera l’objet d’un dispositif sécuritaire renforcé avec un système de filtrages et un contrôle plus étroit de la circulation, a assuré la Mairie de Paris.

Après « Tel-Aviv sur Seine » l’année dernière, qui avait provoqué une forte polémique à travers la France, le choix de la Tunisie se veut cette année un symbole pacifique pour les deux pays durement touchés par le terrorisme ces dernières années.

jeuneafrique

Commentaires