Gambie: Un enfer nommé Sana Manjang

 

Il aura marqué le règne "sanguinaire" de Yahya Jammeh. Sana Manjang était le plus célèbre et plus cruel "Jungulars" (escadrons de la mort) de l'ancien dictateur de Banjul. Sa manière de tuer les opposants de ce dernier renvoie au sanguinaire chef de l'Armé de libération du Seigneur (LRA), Joseph Kony. A la seule différence de ce dernier, il fait disparaître les corps puis les jette dans un puits qui porte son nom: "l'enfer Sana Manjang". Ce puits est situé à Unor, dans le Fonis. 

Sentant la chute de son mentor, il aurait chercher à dissimuler les preuves. Selon un média gambien qui cite plusieurs des enquêteurs du ministère de la Justice, Sana aurait versé beaucoup de ciment et du béton dans l'un des puits abritant les corps de plusieurs de ses victimes, parmi lesquels Harona Jammeh, Massey Jammeh et Ebrima Chief Manneh. Il a fait cela, juste avant de fuir vers la Guinée-Bissau où il cherche actuellement un refuge, en essayant d'éviter les poursuites en Gambie. 

Aujourd'hui que l'enquête sur les assassinats et les disparitions est ouverte en Gambie, son extraction est vivement réclamée. Sana Manjang est présenté comme un témoin-clé dans de nombreux cas de disparation qui impliquerait directement l'ancien Président Yahya Jammeh. Dans combien de temps sera-t-il traduit en justice? C'est maintenant la question qui taraude l'esprit des familles des victimes et des Gambiens, en général.

Commentaires