Sidiki Kaba se lamente à Jérusalem : Sidy Lamine Niass dénonce un sacrilège

En plus de susciter une levée de boucliers en Palestine, la visite en Israël du ministre sénégalais des Affaires étrangères, Sidiki Kaba, et son forcing lors de son déplacement à la mosquée d’Al Aqsa, continuent de cristalliser la réprobation de la communauté musulmane d’ici et d’ailleurs. 

Sidy Lamine Niass met à l’index le gouvernement de Macky Sall et avertit sur les conséquences diplomatiques d’un tel sacrilège qui remet en cause le succès diplomatique acquis par son prédécesseur, Mankeur Ndiaye. 

 «Sidiki Kaba s’est transformé en sioniste en allant se recueillir devant le Mur des Lamentations. Sacrilège suprême, il s’est fait accompagner par des policiers juifs qui lui ont permis d’accéder de force à la mosquée d’Al Aqsa. Le gouvernement sénégalais est responsable de cet acte ignoble et le peuple exprime toute sa honte devant un tel sacrilège qui ternit  l’image du Sénégal dans le monde». Telle est la déclaration de Sidy Lamine Niass, en réaction à la visite de travail de trois jours du ministre des Affaires étrangères du Sénégal, Me Sidiki Kaba, en Israël. Le Pdg du Groupe Wal Fadjri rappelle que le Sénégal préside le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et cette posture devait lui interdire de poser un tel acte qui, sans conteste, ne sera pas sans conséquences diplomatiques. Depuis la visite de Senghor en 1971, il y a 42 ans, c’est la première fois qu’un membre du gouvernement du Sénégal réédite ce coup honteux. 

Mais ce qui irrite le plus Sidy Lamine, c’est la méthode utilisée par Sidiki Kaba et sa délégation en se rendant à Al Aqsa, aidés en cela par des policiers juifs : pour y accéder, ils ont fait un forcing et ont, par la même occasion, infligé une humiliation au gardien du troisième lieu saint de l’Islam. «Il est non seulement allé trop loin en faisant un forcing qui l’a conduit à accéder dans les locaux de la mosquée d’Al Aqsa, mais ensuite, le gardien de ce lieu saint a été arrêté par les policiers juifs accompagnant Sidiki Kaba qui l’ont malmené, puis brutalisé sans raison d’autant qu’il n’avait aucune intention de s’opposer à cette visite. Par cet acte, les musulmans du monde ont été humiliés à l’instigation du ministre des Affaires étrangères du Sénégal qui a préféré, devant le troisième oratoire des musulmans, jouer le jeu des Israéliens. L’Islam en a pris un sacré coup», analyse le Pdg du groupe Wal Fadjri. 

Pour Sidy Lamine Niass, à travers l’acte ainsi posé par son chef de la diplomatie, le Sénégal vient de fouler au pied une recommandation prophétique et divine. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est un pays composé à majorité de musulmans qui s’illustre si tristement parce qu’il ne s’agit ni plus ni moins que d’une humiliation faite à un peuple qui résiste devant l’occupation israélienne et qui lutte depuis des années pour sa reconnaissance. 

Le succès diplomatique du Sénégal concédé par le vote de la résolution de l’Onu sur le statut de Jérusalem, aux côtés de 128 autres pays qui avaient voté Oui, avait été fort glorieux. Tout le monde avait apprécié cette position courageuse de l’Etat du Sénégal qui avait fait fi des menaces de représailles financières du président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump. Mais voilà qu’un ministre nommé Sidiki Kaba, pour complaire aux autorités israéliennes et, par la même occasion, faire un clin d’œil à l’administration américaine, vient de balayer l’énorme succès diplomatique acquis par son prédécesseur à la Chancellerie, Mankeur Ndiaye. Il vient de révéler à la face du monde que le Sénégal n’a plus un diplomate à la tête de sa diplomatie, mais plutôt un sinistre activiste. «Nous protestons vivement contre une telle attitude d’un ministre sénégalais. Nous invitons toutes les couches de la population à exprimer leur indignation», s’indigne le patron de Walf devant la levée de boucliers sans précédent contre le pays de la Teranga. 

La partie palestinienne a aussi exprimé sa réprobation, dans un communiqué où elle appelle l’Etat sénégalais à présenter des excuses publiques. «Cette visite est à la fois une violation du consensus de l’Oci et un événement dangereux dans lequel les relations sénégalo-palestiniennes ont été compromises. Nous espérons que la sympathique République du Sénégal présentera ses excuses à la Palestine pour cette raison», a appelé jeudi l’Etat palestinien. 

Lors de sa visite de travail, la délégation sénégalaise a tenu des réunions de travail avec des entreprises israéliennes actives au Sénégal, dans le domaine de l’agriculture. En juin 2017, le chef de l’Etat du Sénégal, Macky Sall et le Premier ministre israélien Netanyahu, s’étaient entretenus en marge du 51e Sommet de la Cedeao, à Monrovia  Auparavant, en décembre 2016, Israël avait fait part au gouvernement sénégalais de plusieurs mesures allant dans le sens d’une rupture de leurs relations, dont le rappel en consultation de son ambassadeur à Dakar. Tel-Aviv protestait de cette manière contre l’adhésion du Sénégal à une résolution du Conseil de sécurité des Nations-unies sur les colonies de peuplement israélien en territoire palestinien. En retour, Dakar avait refusé de revenir sur sa position concernant les colonies israéliennes en Palestine.  En juin 2017, le Sénégal va accepter le retour à Dakar de l’ambassadeur d’Israël et la reprise de la coopération, à la suite d’une rencontre du président  Macky  Sall avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu.

Jotaay.net

Commentaires