Sénégal-Tabaski-Filles-La collection d’amants: Le prix de la beauté à payer  

 

Par Ndéye Khady MB GOUDIABY

Au marché comme dans les grandes boutiques de cosmétiques et de couturiers, les filles font l’actualité de la Tabaski. Certaines des leurs n’ont qu’un seul charge et préoccupation se faire belle le jour de la fête. Toutefois tous les moyens sont bons et elles usent de toutes les astuces pour soutirer aux hommes de l’argent. C’est ainsi que la collection d’amants prend le large. Des hommes, elles en collectionnent de telles sortes qu’elles font bander les muscles de leur appât.

C’est l’approche de la fête du mouton mais pour les femmes et jeunes filles le mouton c’est pour les hommes qui doivent faire tout pour s’en procurer. Mais pour les jeunes filles la fête est orientée autrement. Quand papa, tonton ou grand frère gère le mouton, les filles pensent à la beauté. « Je dois renforcer ma perruque de cheveux naturelles, je dois acheter un nouveau greffage, j’ai déjà donné à mon tailleur quatre de mes tissus deux bazins, wax, brodé. Mais cela ne suffit pas, je dois en rajouter deux wax. Je dois aussi me faire un teint clair et acheter des bijoux aussi.» C’est le train-train des femmes nous dit Fatou à l’approche de la fête de tabaski. A la question de savoir qui gère toutes ses dépenses, ces filles rencontrées nous confient que ceux sont des prétendants, nos amants. « Nous avons des prétendants qui sont prêt à nous rendre belle le jour de la fête » nous dit Aïssatou l’air toute rassurante. De ses manies nous fait-elle savoir, je pourrais m’acheter tout ce dont j’ai besoin pour la fête. C’est une petite sourire capricieuse que nous fait Anta, la jeune fille, bientôt la vingtaine, de teint clair, de taille élancée et avec son pantalon moulant qui laisse apparaitre ses fesses bien bombées. La jeune demoiselle prépare bien là fête car pour elle, il est hors de question de ne pas porter une belle tenue et renouveler sa perruque de cheveux naturels. Mais aussi aider ses parents sur l’achat des provisions. Et pour se faire fait-elle mention, les bons contacts doivent être rapprochés. C’est un épiphénomène et cela passe vite, il suffit juste de les rencontrer. A cette occasion chacun des prétendants joue un rôle. Combien doit suffire comme tout est cher. Mais l’ambition reste le même, se faire ravissante le jour de la fête et même pour toute la semaine. C’est en ces termes que l’auteur de ces lignes nous dit: avec quatre de mes copains, je pourrai m’en sortir, il suffit juste que chacun me donne par exemple cinquante mille francs CFA et le tour est jouer. Jeune et belle avec son portable à la main comme pour le montrer à qui peut le voir qu’elle est au top, Mame Fatou prépare la tabaski comme toutes celles de sa même génération. Pour elle, activez les bons contacts de ses prétendants à quelques semaines. « Il ne faut pas se voiler la face, ce n’est pas nos parents qui nous donnent tous nos petites affaires. C’est ainsi que nous collectionnons des hommes capables de nous couvrir financièrement ».

Visites, coquetteries pour allumer son homme

Les méthodes pour exciter son homme et lui soutirer des sous sont énormes. Ces jeunes filles nous fait savoir qu’elles usent de toutes les manies. En toute confidence, Sira affirme qu’elle rend une visite suave à son vieux qui à l’âge de son père. En toute simplicité je lui donne ce qu’il veut et il règle mon affaire. C’est une autorité et nous n’avons pas de temps à perdre. Devant les bureaux de certaines autorités ou personnalités de ce pays, Salma nous confie que les jeunes filles font la queue. L’autre astuce selon Soukeyna est de se faire coquette et aller dans certains restaurants réputés et séduire ainsi des vieux. « Sans grande difficulté ses pères de famille nous donnent de l’argent » finit-elle par dire.

Commentaires