Sénégal-Meurtre à Kolda: Une femme fracasse la tête de sa belle-sœur avec un pilon

 

Alors que l’assassinat de la deuxième vice-présidente du Conseil économique social et environnemental (CESE) est sur toutes les lèvres, le journal, «L’Enquête», vient de signaler un autre drame à Kolda.

En effet, selon le canard, une femme a fracassé la tête de sa belle-sœur. Les faits se sont produits, dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 novembre dernier, à Médina Chérif. Une localité située dans la commune de Kolda. A l’origine une banale histoire de cuisine. Les deux femmes sont mariées aux frères SEYDI. Habitant la même maison elles préparent le repas à tour de rôle. La défunte a des enfants qui peuvent l’aider dans ses tâches ménagères. L’autre n’en a pas. Une situation qui avait fini de mettre en rage la femme du petit frère du mari de la victime. Le jeudi 17 novembre dernier, l’une des filles de la défunte, Mariétou Kandé BALDE, était en train de préparer le repas lorsqu’elle a été apostrophée par sa tante. «Après une longue dispute, Mariétou, la défunte est intervenue, pour calmer les deux protagonistes. Elle a demandé à Houssey DIAO de pardonner sa fille qui ne devrait pas se chamailler avec sa tante. Mais, au moment où elle s’est tournée pour demander à sa fille de se taire, Houssey DIAO a saisi un pilon et lui a donné un violent coup sur la tête », explique un témoin, cité par le journal. Qui révèle que la dame s’est effondrée en perdant connaissance. Conduite d’urgence à bord d’un taxi au district sanitaire de Kolda, faute d’ambulance, les médecins ont demandé au mari de la victime de la conduire directement à l’hôpital régional de Kolda. Ce qui a été fait. Après les soins médicaux, la dame a été ramenée chez elle. Mais vers les coups de 2 heures du matin, elle commença à se tordre de douleur.

Elle sera reconduite à nouveau à l’hôpital où elle a rendu l’âme. Dès que Houssey a eu la mauvaise nouvelle, elle a pris la tangente pour aller se refugier chez sa grande sœur. Informés les enquêteurs ont rappliqué sur les lieux pour l’arrêter.

Commentaires