Massacre dans forêt de Boffa: L’association Kabonketor pour la paix en Casamance au chevet des parents des victimes

 

Par Samsidine NIASSY (Actu24, ZIGUINCHOR)

La journée du vendredi 12 janvier 2018 a été cochée dans l’agenda des femmes de l’association Kabonketor pour le retour de la paix en Casamance, à fin de se rendre dans certains quartiers de la commune de Ziguinchor pour présenter des condoléances à des familles qui ont récemment perdues leurs proches dans ce l’on peut désormais appeler, la boucherie de Boffa.

Cette délégation conduite par Madame Le Caere née Ndeye Marie Sagna, est composée de madame Diédhiou née Ndoumbé Dieye, Jeanne Dièmé et de l’Ambassadeur de la Paix le jeune  Homer Manga. C’est le quartier de Boucotte Sud qui devait recevoir cette délégation pour y rencontrer la famille de feu Daouda Diallo une des victimes. La délégation s’est rendue à Lyndiane pour aussi rencontrer celle de Daouda Manga qui a été retrouvé quelques jours après, dans un état de putréfaction avancé et l’état du corps ne permettait pas à ses parents de le remmener à Ziguinchor. Ces derniers  ont préféré l’enterré sur place, après un bref passage à Kandialang pour rencontrer la famille Cissé qui était elle aussi endeuillée. Cap sur Kantène où habitait Mamadou Diallo plus connu sous le sobriquet Bailo puisatier de son état et là, Madame le Caere et sa suite, ont trouvé une famille très affectée car, le père de famille a laissé derrière lui de petits enfants et surtout une femme en état de grossesse très avancé. La maman du défunt âgée au moins de 80 ans était là assise comme une poupée car, cette vielle dame ne savait même pas à notre passage, que son fils n’était plus de ce monde voilà une famille qui mérite d’être soutenue vu la détresse qui se lisait sur le visage de madame Diallo, nous dit madame Le Caere. Cette dernière de dire que, sans appui, cette dame ne pourra pas entretenir ses enfants à bas âge. La dernière famille à être visitée est celle de Vieux Sané au quartier Kénia ou aussi une autre situation de détresse se lisait sur le visage des enfants laissés par le père de famille qui a eu le malheur d’être ce jour là parmi ceux que les balles ont fauchées dans la forêt de Boffa.

Cette visite était pour certaines bonnes volontés, un moment de recueillement pour le repos eternel de nos vaillants parents qui ont été lâchement et froidement abattus par des personnes qui sont toujours dans la nature et qui, après avoir fait ce sale besogne doivent être retrouvées pour que justice soit faite nous dit un des parents des victimes très remonté contre ceux qu’il appel désormais les grands bandits du 21em siècle.

Commentaires