Enseignement supérieur et Recherche au Sénégal: Promouvoir la primauté des métiers du pétrole et du gaz

 

Par Maïmouna SY

L’atelier sur les métiers du pétrole et du gaz s’est ouvert ce jeudi 1er juin 2017  à Dakar. L’objectif de cet atelier de deux jours organisé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche est d’offrir à la communauté universitaire l’opportunité de faire l’état des lieux des offres de formations proposées dans les instituts supérieurs. L’amont et l’aval pétrolier sont les thèmes développés dans cette rencontre. 

Au Sénégal le pétrole et le gaz sont au diapason de tous les débats. Ainsi le pays est dans le collimateur de toutes les sociétés pétrolières. Dans ce cadre le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a organisé cet atelier dans le but de permettre aux étudiants évoluant dans ce domaine de mieux appréhender la diversité et la richesse des métiers du pétrole et du gaz. Pour Mme Ramatoulaye DIAGNE MBENGUE, présidente du comité de pilotage «il s’agit surtout de mettre ensemble les universités, l’académique et le professionnel». Ceci pour démontrer que nos universités sont prêtes à inclure les filières nécessaires a l’exploitation des ressources minières et gazières.

L’exploitation du pétrole et du gaz est un phénomène nouveau pour le Sénégal. En effet il faudra des cadres qui, une fois la phase de développement entamé, seront aptes à faire le nécessaire pour explorer la matière comme il se doit. M. Idrissa BODJAN, Directeur général de l’Institut africain de l’Energie nous étale les différents métiers rattachés à la branche. «Les filières et les formations concernant cette chaîne on les retrouve à tous les niveaux. On a des ingénieurs, des techniciens, des cadres dans le domaine légal, fiscal et contractuel.» Il poursuit en insistant sur le phénomène nouveau de l’exploitation du pétrole et du gaz. «Donc il faut former des cadres de très hauts niveaux pour gérer ce secteur, gérer ce pétrole. Ensuite au niveau du ministère de l’économie et des finances, il doit être doté de compétence a tous les niveaux, le ministère en charge du secteur des hydrocarbures doit aussi être doté de compétences pour que les objectifs visés soient atteints c'est-à-dire de maximiser ses recettes.»

Il est clair que le Sénégal a des compétences mais il faut les réactualiser pour permettre aux futurs leaders de pouvoir gérer les ressources. Pour ce faire il faut parallèlement former le maximum de sénégalais tels que les ouvriers, les techniciens et les ingénieurs afin qu’ils puissent assurer la relève.

Commentaires