Condamnation de Khalifa Sall: Les internautes "relaxent" Khalifa, comparent Macky Sall à Erdogan et appellent à la résistance face à "un régime de tyran"

Le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, a été condamné, hier, à cinq ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Dakar. Mais, au moment où le juge Malick Lamotte rendait sa décision condamnant l’édile de la capitale sénégalaise, un autre «délibéré», celui des internautes, «relaxait» le député-maire de Dakar, ouvrant par la même occasion le feu sur Macky Sall et son régime. 
  
A l’annonce du délibéré, hier, hommes politiques et simples citoyens ont aussitôt investi la toile pour crier leur indignation suite à ce qu’ils ont qualifié «d’assassinat de la justice  sénégalaise». Pour le président de Pastef-Les Patriotes, «lorsqu'un système est pourri jusqu'à la moelle, tout le corps constitutif est coupable, à des degrés divers». Et Ousmane Sonko de citer :  «ceux qui sont corrompus par le pouvoir de l'argent ou la soumission à l'exécutif, ceux qui font semblant de combattre le système, mais trop mollement, en se souciant de leurs arrières, ceux qui, même "propres", se taisent et restent indifférents, ceux qui, en coulisses, n'hésitent jamais à vous dire tout le mal qu'ils pensent de la justice et de certains de leurs collègues, mais n'agissent jamais». 
Poursuivant, le patriote en chef note que nous sommes «tous coupables d'avoir rendu notre justice malade et moribonde!» «Pendant ce temps, au nom d'un corporatisme nombriliste, on fait front pour menacer tout citoyen critiquant une justice censée être rendue à son nom, au motif de discrédit à l'institution. Non messieurs de la justice, personne ne peut discréditer notre institution judiciaire, votre attitude y suffit largement», critique-t-il, disant ses hommages au juge Hamidou Dème. Ainsi appelle-t-il le peuple sénégalais à se réveiller : «indignez-vous et faites montre de courage et de patriotisme, le peuple sénégalais tout entier attend ce sursaut salutaire», a conseillé Ousmane Sonko. 
Dans un très pertinent texte publié sur internet et parvenu à notre rédaction, Me Bakary Diallo, avocat au barreau de Paris, s’attaque directement au Président Macky Sall qu’il a fini de comparer au Président turc Recep Tayyip Erdoğan. «Dans sa quête obsessionnelle d’un second mandat à la tête du Sénégal, le Président Macky Sall, sous ses dehors débonnaires, et à l’image de l’actuel ‘’Sultan’’ d’Ankara, ‘’liquide’’ méthodiquement et implacablement un à un ses adversaires politiques les plus dangereux, en se servant de la justice et des ressources du code pénal», déplore le spécialiste en Droit du contentieux des Actes uniformes de l’Ohada et Contentieux européen et international. Rappelant le célèbre avertissement du théoricien du principe de la séparation des pouvoirs, Montesquieu, à savoir qu’«il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice», Me Diallo note que, dans une démocratie, la loi pénale doit s’appliquer à l’égard de tous de la même manière. «Mais avec l’actuel régime Sall, selon votre orientation politique, selon votre supposée dangerosité politique, selon que vous soyez ou non dans les bonnes grâces du couple présidentiel, selon que vous exercez à leur égard votre talent de laudateur ou pas, vous serez judiciairement poursuivis ou totalement absous. Or chacun peut constater que le népotisme et le clientélisme n’ont pas disparu comme par enchantement avec l’alternance survenue en 2012 dans ce pays», s’offusque l’avocat et chargé d’enseignement à l’Université de Paris I – Sorbonne. 
Pour cet internaute, il est question de rappeler au Président Macky Sall, considéré comme instigateur de ce «charabia judiciaire», que même les dictateurs les plus sombres sont tombés un jour. «Le roi Lion est toujours dans son sommeil profond, on se souvient tous du Roi lion de Kanilai qui avait pourtant fait emprisonner presque tous ses potentiels adversaires, mais hélas, la suite, tout le monde la sait. Réveilles-toi lion. Le temps de réaction devant un obstacle est de 10 secondes, et le rapport de force évolue trop vite», dit-il. 
Jotaay.net

Commentaires